• Je n’ai pas posté de mes nouvelles depuis des semaines, et pour cause je n’ai cessé de bosser (…nan je déconne :p ).
    Je me suis réveillé en regardant le ciel : parfaitement bleu parsemé de nuages et pas une once de vent, idéal pour voler. D’ailleurs cela faisait 2 semaines que je n’avais pas pris le manche, à cause des grèves… On ne peut ET rater les cours ET s’envoyer en l’air (Hein Brice ;) ).
  • Comme presque tous les dimanches, l’aéroclub est pratiquement vidé de ses membres, mon instructeur vient m’accueillir et on s’installe dans le club-house pour débuter le briefing.
    Le programme d’aujourd’hui consiste à maitriser les trajectoires, autrement dit s’entrainer à passer du vol en palier au vol en descente, du vol en palier au vol en montée et réciproquement, puis nous nous entrainerons aux virages et étudierons  ses effets. Pas bien compliqué non ? Plus facile à dire qu’à faire !

  • Il est 13H30 et nous sommes les premiers à utiliser le GYAK (r2120) il faut donc purger le réservoir, chose que je n’avais jamais pratiquée auparavant, l’action sert à éliminer toute trace d’eau accumulée durant la nuit et qui pourrait  s’avérer dangereuse.

Une fois l’avion sorti du hangar, les habitudes commencent à revenir, j’effectue la visite pré-vol, toujours en commençant par l’intérieur de l’avion.
Nous prenons ensuite place dans l’avion,  malgré le froid je me mets en t-shirt histoire d’éviter d’être trop serré et dégueuler en l’air. :)

  • Une fois les ‘formalités’ remplies nous pouvons attaquer les choses sérieuses, je mets en route l’avion grâce aux précieuses check-list, puis l’instructeur s’annonce à la radio (oui je n’ai pas vraiment eu l’occasion de parler à la radio, surtout que ce jour ci Étampes était en AutoInfo >< ).
    Aujourd’hui c’est bibi qui effectue le décollage, je m’y attendais donc j’avais bien révisé le Zilio la veille histoire de bien m’y préparer et de ne pas me foirer. :D
  • Donc une fois l’avion aligné, on met plein pot puis on essaye de tenir la ligne, j’ai eu pas mal d’hésitations mais c’est une question d’entrainement, puis progressivement la roulette de nez est levée et l’avion de même quelques secondes plus tard. A 800 pieds on rentre les volets, on coupe la pompe et les phares puis à 1000 pieds on part vers le secteur ouest au 2-8-0 (comme dab’…).  « Tiens annonce-moi le cap du compas » me lance l’instructeur. Étant donné que le cap sur le compas est antihoraire contrairement au directionnel, je me trompe parfois car il faut se souvenir que sur le compas plus on va à droite, plus les degrés « diminuent ». Cette fois-ci je ne me suis pas trop trompé « cap 290 euh nan 285 plutôt, rahhh merde il n’arrête de bouger ce #/}# d’avion ! « 
  • Les conditions de vol ne sont pas difficiles aujourd’hui, une fois l’avion stabilisé j’affiche une assiette de montée puis je mets plein pot tout en essayant de trouver une vitesse de 75kt. Ensuite j’ai fait de même pour le vol en descente. A part quelques à-coups je pense que je m’en suis pas trop mal sorti…
    Le secret c’est qu’il ne faut pas hésiter et effectuer des gestes francs, sans être brutal. Cela vaut également pour le virage.
  • Au bout d’un peu plus d’une heure de vol, le FI décide de retourner au terrain car il doit effectuer un autre vol juste après le mien. On rentre « LFOX » dans le GPS puis ce dernier nous indique la direction de l’aérodrome, pratique ce p’tit machin !
  • On prend le cap 090 puis quelques instant plus tard j’ai les installations en vue, nous allons effectuer une « verticale terrain« , qui se fait toujours à 2000 pieds puis on s’intègre en circuit. « T’as les commandes, neutralise moi ct’avion à 85kt et affiche une assiette à piquer » – « Sors 10° de volet et tourne à gauche ». Je vais effectuer l’approche, le trafic s’est densifié il y a désormais 2 Cessna au point d’arrêt et un autre juste derrière moi, il ne faut pas que je me rate !
    J’affiche une puissance de 75kt et je « vise le peigne », quelques secondes avant le touché l’instructeur reprend les commandes, il coupe les gaz puis pose parfaitement l’avion.
  • Lors du debriefing il me fait remarquer que je ne parle pas assez dans l’avion, c’est à dire annoncer les actions que j’effectue, j’ai pris conscience qu’il fallait vraiment que je le fasse pour optimiser ma progression… ;)

7H19 de vol au compteur.


Sinon, j’ai reçu ma carte de membre de la FFA, ça a son petit effet. ;)

Et puis mardi j’effectue ma visite médicale, j’espère l’avoir cette classe 2, ça ne devrait normalement pas poser de problème …

Bonne soirée à tous et à la prochaine pour un nouvel article !

Je tiens à remercier Alexandra pour les illustrations et  je  rappelle que les illustrations de cet article sont protégées par les droits d’auteur.

2346 vues !

Share